7 plantes sauvages à cueillir en automne

7 plantes sauvages à cueillir en automne

⏳ Temps de lecture : 3 minutes

L’automne est souvent synonyme de longues balades en forêt ou dans la nature. C’est également l’occasion de faire des cueillettes. Improvisées ou non, celles-ci vous permettent de découvrir des plantes sauvages comestibles particulièrement savoureuses. En effet, en automne, on ne trouve pas que des châtaignes ou des champignons dans la nature. Voici 7 plantes sauvages que vous pouvez cueillir jusqu’aux portes de l’hiver.

L’ortie, la reine des plantes sauvages

L’ortie ou Urtica dioica, est reconnaissable par son apparence. En automne, vous en trouverez un peu partout dans la nature, même dans votre jardin. Toutefois, le port de gants est obligatoire pour cueillir des orties. Riches en vitamines et en fer, les orties se consomment cuites. Pour les préparer, mieux vaut les nettoyer et les tremper dans de l’eau et un peu de vinaigre blanc.

Le pissenlit

Voilà une autre plante sauvage comestible qui pousse à peu près partout ! Le pissenlit est facilement reconnaissable par ses feuilles dentées et disposées en rosette au ras du sol. En fait, avec ses fleurs jaunes, il vous est impossible de les rater. Sachez que le pissenlit se consomme très bien en salade. Pour cela, les jeunes feuilles sont à privilégier.

L’égopode

Il s’agit de cette plante qui prolifère facilement dans tous les jardins en automne. Mais lorsqu’il est dans la nature, vous la retrouverez surtout dans les haies et au pied des arbres. L’égopode est très parfumées. A ce titre, vous pouvez l’utiliser pour parfumer subtilement vos salades et vos sauces pestos. Elle se marie très bien aussi avec les soupes et les risottos.

Le plantain

Cette plante sauvage se trouve généralement près des orties. Le plantain concentre beaucoup de vitamines et de sels minéraux (calcium, phosphore, potassium…). En plus de ces vertus nutritives, cette plante est aussi un anti-allergique, anti-inflammatoire et antiseptique naturel. Afin d’atténuer son goût très prononcé, vous devez blanchir le plantain à l’eau bouillante. Sachez aussi que la meilleure cueillette se fait après un temps pluvieux.

Le chénopode

Le goût de cette plante sauvage est très proche de celui de l’épinard. Par conséquent, le chénopode renferme aussi beaucoup de calcium, de vitamines A et C. Attention toutefois à ne pas le confondre avec le datura qui est très toxique. Pour différencier les deux, retenez que les feuilles du chénopode ne sont pas symétriques.

La bourrache

Il s’agit d’une plante sauvage originaire d’Afrique du Nord. La bourrache se rencontre dans les jardins et dans les abords des bois. Cette plante est facilement reconnaissable par ses petites fleurs bleues en forme d’étoile et ses grandes feuilles poilues. Ces dernières sont riches en vitamines C et agissent contre la toux et la fièvre. N’hésitez donc pas à les utiliser pour agrémenter vos salades ou pour vos soupes. Par ailleurs, vous pouvez aussi utiliser ses fleurs pour vos infusions.  

La roquette sauvage, la plus savoureuse des plantes sauvages

Parmi les plantes sauvages comestibles, les feuilles de la roquette sauvage sont les plus goutues. Cette plante est riche en vitamines C. Pour la cueillir, vous devez couper les feuilles au ras du sol. Enfin, avec son goût piquant, la roquette sauvage relèvera certainement le goût de vos salades et de vos pizzas.

Les précautions à prendre avant la cueillette de plantes sauvages

Avant de partir à la cueillette de plantes sauvages en automne, voici quelques conseils pratiques à connaître.

  • Cueillez seulement les plantes dont vous êtes sûr à 200 % de reconnaître. Cela évitera l’intoxication alimentaire.
  • Evitez de cueillir les plantes au bord des routes ou dans les parcs autorisés aux animaux. Il en est de même pour celles situées dans des champs qui bénéficient d’un traitement chimique. En somme, évitez de cueillir dans des endroits qui présentent des risques sanitaires (pollution, bactéries, tiques, parasites…).
  • Cueillez uniquement les parties de la plante dont vous avez besoin. Ce geste permettra à celle-ci de poursuivre son cycle de vie.
  • Ne prenez que ce que vous allez consommer. Cela permettra d’éviter le gaspillage.
  • Rendez-vous sur le site www.geoportail.gouv.fr pour y consulter les cartes des zones où vous pouvez effectuer votre cueillette et évitez ainsi les mauvaises surprises.

Bon à savoir, l’automne est propice au développement des racines des plantes. En effet, c’est durant cette période que celles-ci concentrent le plus d’éléments nutritifs.


Attention la cueillette de plantes sauvages comporte des risques. Ne mangez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% qu’elle soit comestible. Pour cela formez-vous afin de connaître les règles de cueillette et faites appel à un des experts si besoin pour vérifier votre cueillette si vous n’êtes pas sûr(e).

Formation du Cueilleur – Le Chemin de la Nature

La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

A lire également : Avis sur la Formation du Cueilleur (Le Chemin de la Nature)

À découvrir

À la découverte du Moringa : origine, bienfaits, consommation, culture

À la découverte du Moringa : origine, bienfaits, consommation, culture

A la découverte du laiteron maraîcher

A la découverte du laiteron maraîcher

A la découverte du genévrier commun

A la découverte du genévrier commun

Comment récolter la sève de bouleau ?

Comment récolter la sève de bouleau ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous 👍

L’objectif de jardinautes.com est de transmettre les belles valeurs de l’autonomie alimentaire au travers du web.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne visite jardinaute !

Au fait, si tu te demandes d’où vient le nom « jardinaute », c’est tout simplement la contraction entre « jardinier » et « internaute ».

Choisir une catégorie

Conseils pour bien démarrer au potager
Formation du cueilleur le chemin de la nature

Articles récents