A la découverte de l’oseille sauvage

A la découverte de l’oseille sauvage

⏳ Temps de lecture : 3 minutes

La nature regorge de plantes sauvages comestibles aux multiples vertus. Leur cueillette constitue une activité en plein air très appréciée par les familles. Parmi celles qui ont la cote, il y a l’oseille sauvage, une plante se trouvant dans les prairies et au bord des chemins. Cependant, si vous envisagez d’en cueillir, il faut savoir bien l’identifier afin de ne pas la confondre à d’autres plantes qui peuvent être toxiques. Voici donc ce que vous devez savoir à propos de l’oseille sauvage.

Comment reconnaître l’oseille sauvage ?

L’oseille sauvage ou l’oseille des prés est aussi connue sous le nom d’oseille commune ou grande oseille. A la différence de l’oseille des jardins, cette plante peut fleurir. Mais à part ses fleurs, elle se démarque aussi par la forme de ses feuilles et de sa tige.

Ses feuilles

Les feuilles de l’oseille sauvage sont en forme de fer de lance. D’une couleur vert vif, elles sont ovales et allongées, et sont pointues à la base.

La nervure centrale des feuilles de l’oseille sauvage sont plus claires que le reste de la feuille. Sur la tige, les feuilles se présentent de manière alternée.

Vous avez donc une feuille à gauche puis une autre un peu plus haut à droite. Elles forment aussi des touffes qui rendent la plante très facile à repérer. 

La tige et les fleurs de l’oseille sauvage

L’oseille sauvage à une tige un peu striée avec des ramifications sur la partie supérieure. Elle est assez rigide et droite.

Les fleurs, quant à elle, se trouvent sur différents pieds selon qu’elles soient mâles ou femelles. Elles sont de couleur rougeâtre et verdâtre et se trouvent sous forme de grappe au sommet des tiges.

Enfin, sachez aussi que la floraison de l’oseille sauvage s’étale entre le mois de mai et le mois de septembre

Quand la cueillir et comment la conserver ? 

L’oseille sauvage se ramasse durant l’automne et le printemps, avant sa floraison. Toutefois, avant de la cueillir, assurez-vous que l’environnement dans lequel elle a poussé n’est pas pollué. Evitez donc de cueillir les plants qui se trouvent autour des usines et aux bords des chemins les plus fréquentés.

Concernant la conservation de l’oseille sauvage, la meilleure des solutions consiste à la congeler sur un plateau. Ensuite, lorsque la plante durcie, vous pouvez la mettre dans un sachet de congélation pour pouvoir la conserver plus longtemps. 

Propriétés de l’oseille sauvage

En tant que plante comestible, l’oseille sauvage regorge de nombreux bienfaits. Il s’agit en fait d’une plante riche en vitamine C et en antioxydants, ce qui est favorable à la santé de la peau et à sa préservation.

L’oseille commune contient également du potassium, un élément nécessaire à la régulation du pH au niveau des cellules. Il aide également au bon fonctionnement des reins et contribue à la synthèse des protéines et des glucides dans le sang.

Cependant, prudence est de mise pour les personnes qui souffrent d’ulcères, de calculs rénaux, de rhumatismes ou encore de lithiase et d’hyperacidité gastrique.

En fait, la consommation d’oseille sauvage peut engendrer divers effets secondaires chez ces personnes. 


Attention la cueillette de plantes sauvages comporte des risques. Ne mangez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% qu’elle soit comestible. Pour cela formez-vous afin de connaître les règles de cueillette et faites appel à un des experts si besoin pour vérifier votre cueillette si vous n’êtes pas sûr(e).

Formation du Cueilleur – Le Chemin de la Nature

La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

À découvrir

À la découverte du Moringa : origine, bienfaits, consommation, culture

À la découverte du Moringa : origine, bienfaits, consommation, culture

A la découverte du laiteron maraîcher

A la découverte du laiteron maraîcher

A la découverte du genévrier commun

A la découverte du genévrier commun

Comment récolter la sève de bouleau ?

Comment récolter la sève de bouleau ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous 👍

L’objectif de jardinautes.com est de transmettre les belles valeurs de l’autonomie alimentaire au travers du web.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne visite jardinaute !

Au fait, si tu te demandes d’où vient le nom « jardinaute », c’est tout simplement la contraction entre « jardinier » et « internaute ».

Choisir une catégorie

Conseils pour bien démarrer au potager
Formation du cueilleur le chemin de la nature

Articles récents