A la découverte du laiteron maraîcher

A la découverte du laiteron maraîcher

⏳ Temps de lecture : 2 minutes

Vous l’aurez remarqué, il peut facilement y avoir des plantes que vous n’avez pas semées ni plantées dans votre jardin ou dans votre potager. Certaines d’entre elles sont très répandues comme le laiteron maraîcher. Celui-ci peut d’ailleurs se retrouver dans les fossés, les terrains laissés en friche ou encore dans les chemins. Mais comment reconnaître le laiteron maraîcher ? Quelles sont ses caractéristiques ? Ci-après les réponses. 

⛔️Attention ! La cueillette de plantes sauvages comporte des risques. Ne mangez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% qu’elle soit comestible. Cela pourrait vous être fatal ...

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature ⬇️

🌿 LA FORMATION DU CUEILLEUR

La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 7200 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Laiteron maraîcher : description

Le laiteron maraîcher, appelé aussi laiteron potager, laiteron commun ou laiteron lisse est une plante herbacée très répandue. Originaire d’Europe et d’Asie occidentale, il peut facilement se développer dans les zones tempérées. Cette plante craint le froid, notamment le gel.

Cette plante peut être confondue avec le pissenlit à première vue. Toutefois, les tiges du laiteron maraîcher sont creuses avec des reflets bruns rougeâtre, et se dressent plus haut que ceux du pissenlit.

Lorsque vous coupez ses tiges, vous trouverez un suc laiteux qui va s’écouler. C’est d’ailleurs ce suc qui lui a donné son nom.

En ce qui concerne les caractéristiques des feuilles du laiteron maraîcher, elles sont d’une couleur vert bleuté sur le dessus. Elles produisent aussi du latex lorsqu’on les casse. Aussi, les feuilles basales du laiteron commun forment une rosette. Les feuilles caulinaires, quant à elles, embrassent la tige de la plante.

Pour ce qui est des fleurs, elles se reconnaissent facilement par leur coloris, le jaune. Celles-ci se forment au mois de mai et fleurissent durant tout l’été. Après la floraison se déroule la fructification du laiteron maraîcher.

Les nombreuses graines produites par les fleurs sont disséminées par le vent, et parfois l’eau.

Culture et entretien du laiteron maraîcher 

Si vous semez des graines de laiteron maraîcher dans votre potager, il faut seulement une bonne terre et la plante se débrouillera toute seule. Rassurez-vous, cette plante aime tout type de sols. En particulier, les sols alcalins avec une exposition lumineuse et assez d’humidité.

Par ailleurs, le meilleur moment pour cultiver du laiteron maraîcher est durant le printemps. Il vous faut simplement un sol humide. Par la suite, vous n’êtes pas obligé de les recouvrir.

Toutefois, vous devez faire attention au fait que le laiteron maraîcher est une plante envahissante. Elle se développe facilement, et est même considérée par beaucoup comme de la mauvaise herbe.

Afin d’éviter que le laiteron maraîcher n’envahisse votre jardin, veillez à supprimer ses fleurs avant qu’elles ne produisent des graines. De plus, évitez de le cultiver près des champs d’agriculture conventionnelle. 

Utilisation du laiteron maraîcher 

Le laiteron maraîcher se consomme facilement en salade verte. Ses feuilles, goûteuses, donneront un goût original à votre salade. Il en est de même des boutons floraux et des fleurs. Toutefois, vous devez vous assurez qu’il s’agit de jeunes feuilles. 

Au fur et à mesure que les feuilles du laiteron maraîcher deviennent matures, elles ne peuvent plus être consommées en salade. Dans ce cas, si vous voulez en consommer, vous devez les cuire, comme divers autres légumes-feuilles. Rassurez-vous, elles ne seront pas amères.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de plantes sauvages comestibles ⬇️

Plantes comestibles : Cueillette et recettes des 4 saisons

Ce guide pratique à utiliser sur le terrain présente des espèces communes de votre environnement proche. Il explique quand et dans quels milieux les cueillir, comment différencier les comestibles des toxiques, quelles parties utiliser : feuilles, fleurs, fruits... et comment les préparer pour profiter des apports nutritionnels de ces trésors de santé.

Plantes sauvages comestibles et toxiques : Près de 280 espèces décrites

Cet ouvrage réunit 200 plantes comestibles et 80 végétaux toxiques : toutes ces espèces figurent sur les 64 planches en couleurs. Le texte offre une description très précise de chacune, en soulignant les caractéristiques qui permettent l'identification. Il détaille les propriétés nutritives et médicinales, les parties du végétal à utiliser ainsi que la meilleure période de récolte. De nombreux tableaux de comparaison permettent d'éviter les confusions.

Le guide des plantes sauvages et comestibles

Il y a bien longtemps que notre survie ne dépend plus de la cueillette de plantes sauvages  ! Mais aujourd’hui, nous redécouvrons leurs multiples bienfaits  : goûts inédits, richesse nutritionnelle inégalée, disponibilité aux portes de nos jardins… Et cueillir des plantes sauvages, c’est aussi partager en famille une activité physique extérieure source de détente  et de bien-être.

Vous pourriez aimer

À la découverte du Moringa : origine, bienfaits, consommation, culture

À la découverte du Moringa : origine, bienfaits, consommation, culture

A la découverte du genévrier commun

A la découverte du genévrier commun

Comment récolter la sève de bouleau ?

Comment récolter la sève de bouleau ?

A la découverte de l’oseille sauvage comestible

A la découverte de l’oseille sauvage comestible

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne ballade !

Articles récents

Formation du cueilleur le chemin de la nature