Il existe plusieurs variétés d’arbres à travers le monde. S’ils protègent l’environnement contre la pollution et la sécheresse, la plupart d’entre eux possèdent des feuilles ou fruits comestibles ainsi que des propriétés thérapeutiques et médicinales. L’alisier torminal en fait partie. Mais de quelle famille d’arbre appartient-il ? Quels sont ses bienfaits ? Découvrez ci-après toutes les informations que vous devez savoir sur l’alisier torminal.

⛔️Attention ! La cueillette de plantes sauvages comporte des risques. N'utilisez ou ne consommez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% de ses effets. Cela pourrait vous être fatal ... comme dans le film Into the Wild !

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature

🌿 LA FORMATION DU CUEILLEUR


La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

👍 BON PLAN !

Profitez de 5% de réduction avec le code

JARDINAUTES5

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 7200 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Alisier torminal : de quoi s’agit-il exactement ?

L’alisier torminal est un arbre de dimension moyenne, son tronc est gris et fissuré. Mais comment le reconnaître exactement et où pouvez-vous le trouver ?

Présentation générale

L’alisier torminal est aussi appelé l’alisier des bois ou encore le sorbier torminal. Son nom latin est sorbus torminalis. C’est un arbre appartenant au genre de sorbier et fait partie de la famille des Rosacées. Il est originaire d’Europe, d’Asie mineure et d’Afrique du nord. Le fruit de l’alisier appelé l’alise est comestible. C’est un petit fruit rouge qui pousse en grappes et a un goût acidulé. Mais outre les fruits, les jeunes feuilles peuvent être également se déguster en salades.

Où trouver l’alisier torminal ?

L’alisier torminal peut pousser aussi bien sur des terrains calcaires qu’acides, dans des zones claires comme en bord de forêt ou dans des clairières. Vous pouvez le trouver aussi bien en plaine qu’en montagne. Comme il s’agit d’une espèce thermophile, il est présent dans les haies, les taillis et en forêts dans les chênaies et les hêtraies. Il pousse en Europe (sauf en Norvège et en Suède), en Afrique du nord et Asie occidentale.

Comment reconnaître l’alisier torminal ?

Si vous n’avez jamais vu un alisier torminal, vous pouvez le confondre avec l’érable. A la première vue, les feuilles de ces deux arbres semblent pareilles. Mais en regardant de plus près, elles se différencient. En effet, pour l’alisier torminal la nervure de chaque lobe de la feuille se rattache directement à la nervure principale. Tandis que pour l’érable, les nervures se rejoignent en un même point qui se trouve à la base du limbe.

Feuilles de l’alisier torminal

Pour reconnaître un alisier torminal, sachez qu’il mesure entre 15 à 25 m, son tronc est assez mince avec une écorce grise et fissurée. Ses feuilles sont caduques de couleur verte foncé et comportent entre 5 à 7 lobes dentés et inégaux. Ses fleurs sont blanches et apparaissent en mois de mai. Pour ses fruits, ce sont des baies arrondies de 1 à 1,5 cm de couleur rouge terne d’abord puis brune à maturité.

Fruits de l’alisier torminal

Propriétés et bienfaits de l’alisier torminal ?

Les fruits de l’alisier torminal sont riches en tanins. Cela leur permet d’avoir des propriétés astringentes. Ainsi, l’alise peut vous aider à lutter contre les diarrhées et la dysenterie. De plus, les baies de l’alisier sont riches en vitamine C. Elles sont alors des alliées stimulantes. En outre, elles aident à lutter contre la fatigue et le manque de tonus surtout en hiver. Elles permettent également de soutenir le système immunitaire.

Sous quelles formes consommer ou utiliser l’alisier torminal ?

Il existe plusieurs façons de consommer l’alisier torminal plus précisément les alises. Ils se mangent crues lorsqu’ils sont bien mûrs. La meilleure saison pour la récolte est en automne. Il est possible aussi de préparer de très bonnes compotes ou de confitures avec les alises. Vous pouvez également faire de liqueur avec ce petit fruit.

Comme le bois de l’alisier torminal est à la fois dur et résistant, il peut être utilisé pour fabriquer des pièces d’ébénisterie, de machines ou encore des instruments de musique. Après l’avoir travaillé, il peut également servir d’un excellent article de décoration.

Quelques précautions à prendre avec l’alisier torminal

Comme il est déjà dit ci-haut, l’alise s’avère efficace pour lutter contre les diarrhées. Cependant, il ne faut pas en abuser, car une consommation excessive peut provoquer la constipation. En outre, évitez de consommer les feuilles de l’alisier torminal lorsqu’elles sont trop vieilles. En effet, lorsqu’elles sont matures, elles provoquent des composés toxiques.

Ainsi, lors de votre promenade dans la forêt, si vous découvrez d’alisier torminal orné de ses fruits rouges, n’hésitez pas à le déguster. Ce petit fruit est bon pour la santé et le bien-être.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de plantes sauvages comestibles ⬇️


Plantes comestibles : Cueillette et recettes des 4 saisons

Ce guide pratique à utiliser sur le terrain présente des espèces communes de votre environnement proche. Il explique quand et dans quels milieux les cueillir, comment différencier les comestibles des toxiques, quelles parties utiliser : feuilles, fleurs, fruits... et comment les préparer pour profiter des apports nutritionnels de ces trésors de santé.

Plantes sauvages comestibles et toxiques : Près de 280 espèces décrites

Cet ouvrage réunit 200 plantes comestibles et 80 végétaux toxiques : toutes ces espèces figurent sur les 64 planches en couleurs. Le texte offre une description très précise de chacune, en soulignant les caractéristiques qui permettent l'identification. Il détaille les propriétés nutritives et médicinales, les parties du végétal à utiliser ainsi que la meilleure période de récolte. De nombreux tableaux de comparaison permettent d'éviter les confusions.

Le guide des plantes sauvages et comestibles

Il y a bien longtemps que notre survie ne dépend plus de la cueillette de plantes sauvages  ! Mais aujourd’hui, nous redécouvrons leurs multiples bienfaits  : goûts inédits, richesse nutritionnelle inégalée, disponibilité aux portes de nos jardins… Et cueillir des plantes sauvages, c’est aussi partager en famille une activité physique extérieure source de détente  et de bien-être.

Laisser un commentaire