Coprin chevelu, tout savoir sur ce champignon comestible

Coprin chevelu, tout savoir sur ce champignon comestible

⏳ Temps de lecture : 3 minutes

Vous êtes un amateur de cueillette de champignon et vous souhaitez sans cesse faire évoluer vos connaissances sur l’identification et la cueillette de champignons sauvages comestibles ? Vous êtes au bon endroit. Dans cet article, vous allez découvrir tout ce qu’il y a à savoir à propos du coprin chevelu, un champignon courant très apprécié. Les informations qui suivent vous permettront de facilement le reconnaître et de faire attention durant sa cueillette. 

⛔️AttentionLa cueillette de champignons comporte des risques. Ne mangez jamais un champignon dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% qu’il soit comestible. Pour cela faites appel à un mycologue pour vérifier votre cueillette et surtout FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature par exemple ⬇️

🍄 LA FORMATION CHAMPIGNONS

Formation en ligne pour apprendre à identifier, cueillir et cuisiner les champignons comestibles.

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 600 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Présentation du coprin chevelu

Le coprin chevelu, de son nom latin « coprinus comatus » est un champignon qui appartient à la famille des Agaricacées. Il est aussi appelé « goutte d’encre ».

Ce champignon pousse notamment dans les chemins de campagne, au bord des routes, dans les pelouses ou encore à l’orée des bois.

Il affectionne particulièrement les terres riches en fumier ou en azote. Donc vous le trouverez le plus souvent dans les champs, pâturages et prairies.

Coprin chevelu dans l’herbe (Crédit : Le Chemin de la Nature)

Sa récolte s’effectue entre le printemps et l’automne, d’avril à novembre en général.  

Comment reconnaître le coprin chevelu ? 

Vous pouvez facilement reconnaître le coprin chevelu par ses caractéristiques singulières. En fait, il a un chapeau blanc mesurant entre 5 et 12 cm en général.

Celui-ci est de forme cylindrique et recouvert de mèches laineuses blanches qui deviennent noirâtres sur la bordure.

Mèches coprin chevelu (Crédit : J’peux pas j’ai champignons)

La forme du coprin chevelu rappelle celle du doigt ganté. D’ailleurs, il ne pousse jamais seul, mais toujours en groupe.

Les lames du coprin chevelu sont blanches ou rosées et virent au noir lorsque le champignon mûrit jusqu’à ce qu’elles se liquéfient.

Pour ce qui est de son pied, facilement détachable du chapeau, celui-ci peut facilement atteindre les 20 cm. Il est aussi de couleur blanche et est légèrement gonflé.

Notons qu’il est creux et présente un anneau en forme de bague qui se détache lorsqu’il mûrit. 

Pied coprin chevelu (Crédit : Le Chemin de la Nature)

Enfin, la chair du coprin chevelu se reconnaît par son extrême fragilité. De couleur blanche, elle devient rose pâle pour ensuite noircir lorsque le champignon vieillit.

Les précautions à prendre pour consommer le coprin chevelu

Bien que le coprin chevelu soit un champignon comestible, il est nécessaire de prendre certaines précautions avant de le consommer. En fait, vous devez consommer son chapeau et retirer le pied.

Aussi, il faut consommer ce champignon le jour même de sa cueillette pour qu’il ne pourrisse pas. Il est formellement déconseillé de le congeler, le stériliser ou encore le sécher. 

Enfin, évitez de réchauffer vos plats contenant ce champignon, car cela risquerait de provoquer une intoxication alimentaire.

Aussi, il est préférable de ne pas ramasser les champignons qui se trouvent aux bords des chemins très fréquentés ou près des usines et autres entreprises, car ils peuvent être pollués et contenir des métaux lourds.

Quels sont les bienfaits sur la santé du coprin chevelu ? 

Goûteux, il regorge aussi de nombreux bienfaits. En effet, il est peu calorique (205 calories/100 g). Aussi, le vanadium, un actif qu’il contient, agit en régulant la production d’insuline.

Ce qui en fait un excellent allié pour les diabétiques. Dans la médecine chinoise, ce champignon est aussi utilisé pour traiter les troubles digestifs comme les hémorroïdes et la constipation.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de champignons ⬇️

Guide des champignons - France et Europe - 4ème édition

Ce guide d'identification décrit environ 3 000 espèces, parmi lesquelles plus de 1 400 sont illustrées par des photographies, ce qui constitue un record absolu parmi les guides de champignons, même au niveau mondial !


Le Petit Guide des champignons

Une promenade en forêt ou en vallon peut être l'occasion de s'exercer à la cueillette des champignons. Apprenez à les reconnaître en toute sécurité : description, période de pousse, localisation, consommation... grâce à ces 70 fiches d'identification, les champignons n'auront plus de secrets pour vous !

Le grand guide Larousse des champignons

Une encyclopédie pratique qui allie la précision de la photographie à la concision des textes pour une identification fiable de tous les champignons de nos régions.


Le matériel pour aller à la cueillette de champignons ⬇️

Couteau de poche

Incurvé ou non, il va vous permettre de prélever les champignons avec soin et précision.


Brosse

Elle permet de nettoyer les champignons à sec, sans les abîmer.

Panier en osier

L'osier est une fibre adaptée pour transporter les champignons avec le plus grand soin.


Vous pourriez aimer

Oreille-de-Judas, tout savoir sur ce champignon comestible

Oreille-de-Judas, tout savoir sur ce champignon comestible

Vesse de loup, tout savoir sur ce champignon comestible

Vesse de loup, tout savoir sur ce champignon comestible

Collybie à pied velouté, tout savoir sur ce champignon comestible

Collybie à pied velouté, tout savoir sur ce champignon comestible

Pied bleu, tout savoir sur ce champignon comestible

Pied bleu, tout savoir sur ce champignon comestible

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne ballade !

Articles récents

Formation du cueilleur le chemin de la nature