La chélidoine possède des fleurs ahurissantes et illuminatrices, qui égayent les allées lors de la période printanière. Outre sa beauté, cette plante se démarque par ses propriétés, ce qui la rend utile dans de nombreux domaines. Son utilisation étant connue depuis longtemps, notamment depuis l’Antiquité, son exploitation reste pratique aujourd’hui. Ci-après quelques informations autour de la chélidoine, de ses nutriments et de ses bienfaits.

⛔️Attention ! La cueillette de plantes sauvages comporte des risques. N'utilisez ou ne consommez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% de ses effets. Cela pourrait vous être fatal ... comme dans le film Into the Wild !

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature

🌿 LA FORMATION DU CUEILLEUR


La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

👍 BON PLAN !

Profitez de 5% de réduction avec le code

JARDINAUTES5

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 7200 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Chélidoine : de quoi s’agit-il ?

Avant d’énumérer les nutriments renfermés par la chélidoine et ses utilisations, il convient de parler des caractéristiques de la plante. Qu’en est-il de ses particularités ? Quelle est son histoire ? 

Présentation générale 

La chélidoine ou Chelidonium majus tire son nom du mot grec « chelidon » signifiant hirondelle. Elle est aussi connue sous l’appellation de « Herbe aux verrues » grâce à ses caractéristiques. Appartenant à la famille des papavéracées comme les coquelicots, il s’agit d’une plante herbacée poussant en touffes de plusieurs mètres.

Avec une hauteur pouvant atteindre les 60 cm, elle aime particulièrement se développer sur le rebord des murs. Cette plante vivace renferme des racines en rhizomes et des tiges fines, poilues et cassantes. Sollicitée depuis l’Antiquité, elle est utilisée dans de nombreux domaines, notamment dans le domaine médicinal, compte tenu de ses propriétés thérapeutiques. 

Où trouver la chélidoine ?

Ce végétal existe aujourd’hui dans de nombreux pays de l’Europe, d’Afrique du Nord ainsi que d’Asie. On le trouve également au Brésil, en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Mais c’est en Europe qu’il est le plus présent. Pour pousser et fleurir, cette plante apprécie les endroits humides et des sols calcaires. Mieux encore, elle pousse dans les endroits non cultivés. Elle apprécie particulièrement les friches ou les bords des chemins pour se développer. 

Comment reconnaître la chélidoine ?

Cette herbe aux verrues se reconnaît facilement par ses composants. Ses feuilles, de couleur vert bleuté, possèdent de larges lobes et un limbe foliaire sectionné. Elles sont assez similaires à celles des chênes.

La plante possède une tige renfermant de fleurs dotées de quatre pétales de couleur jaune. Cette tige produit du suc de couleur jaune orangé assez tâchant, qui fait sa particularité. Toutes les fleurs, une fois fanées, fournissent des fruits verts qui deviennent de plus en plus foncés avec le temps. D’ailleurs, ses fleurs ne s’ouvrent que seulement quelques minutes. Chaque fruit contient des graines noires, très appréciées par les fourmis. 

Propriétés et bienfaits de la chélidoine 

La chélidoine est une plante sauvage renfermant de nombreuses vertus et utilisée pour ses propriétés médicinales. Elle contient plusieurs principes actifs :

  • Des benzylacaloïdes et des alcaloïdes comme la chélidonine, celle-ci lui confère ses effets toxiques. Comme alcaloïde, il contient également la sanguinarine possédant une toxicité en cas de forte dose. Un autre alcaloïde présent dans la plante est la berbérine qui lui confère ses vertus anti inflammatoires ;
  • Des acides à savoir l’acide malique ainsi que l’acide citrique.

Grâce à ses propriétés, la chélidoine possède des vertus antivirales, antiseptiques, antispasmodiques et anti-inflammatoires. Pour ces nombreuses qualités, il est utilisé en tant que remède à différentes maladies, depuis l’Antiquité. 

Son surnom à verrues provient de sa capacité à remédier à ces verrues. Le latex de ses tiges est posé sur les verrues. Avec des vertus hépatovésiculaires, son utilisation en homéopathie est reconnue grâce à son action antimitotique.

Cette plante est aussi employée dans le domaine de la phytothérapie, assure la santé du foie et une meilleure digestion. Elle est aussi utilisée pour concevoir des bains de bouche antiseptiques grâce à sa teneur en sanguinarine. Mieux encore, elle favorise la dilatation des artères, ce qui la rend bénéfique en cas d’athérosclérose chronique.

Sous quelle forme consommer ou utiliser la chélidoine ?

Pour son utilisation, il est conseillé de se servir de la chélidoine pour un usage externe. Cela est valable dans le traitement des troubles hépatobiliaires et des verrues. Elle est surtout transformée sous forme de produits en crème, d’extraits secs ou encore d’une teinture mère. Toutefois, il est possible de dénicher des gélules à base de cette plante. Cette dernière se consomme également en infusion.

Quelques précautions à prendre avec la chélidoine 

La chélidoine est fortement appréciée pour ses nombreuses vertus, mais peut devenir dangereuse après une certaine dose. En effet, certaines de ses substances actives étant toxiques, il convient d’éviter une ingestion à fortes doses. Il faut éviter de consommer sa sève ou de la manger fraîche. En outre, les produits à base de cette plante ne sont pas destinés aux enfants et aux femmes.

La chélidoine est une plante sollicitée depuis l’Antiquité, et reconnue pour ses composants, surtout pour son suc et ses fleurs. Renfermant des principes actifs, elle possède plusieurs vertus lui permettant d’être sollicitée dans le traitement de bon nombre de maladies. Utilisée surtout en usage externe, il convient de faire attention aux doses prises pour éviter toute toxicité.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de plantes sauvages comestibles ⬇️


Plantes comestibles : Cueillette et recettes des 4 saisons

Ce guide pratique à utiliser sur le terrain présente des espèces communes de votre environnement proche. Il explique quand et dans quels milieux les cueillir, comment différencier les comestibles des toxiques, quelles parties utiliser : feuilles, fleurs, fruits... et comment les préparer pour profiter des apports nutritionnels de ces trésors de santé.

Plantes sauvages comestibles et toxiques : Près de 280 espèces décrites

Cet ouvrage réunit 200 plantes comestibles et 80 végétaux toxiques : toutes ces espèces figurent sur les 64 planches en couleurs. Le texte offre une description très précise de chacune, en soulignant les caractéristiques qui permettent l'identification. Il détaille les propriétés nutritives et médicinales, les parties du végétal à utiliser ainsi que la meilleure période de récolte. De nombreux tableaux de comparaison permettent d'éviter les confusions.

Le guide des plantes sauvages et comestibles

Il y a bien longtemps que notre survie ne dépend plus de la cueillette de plantes sauvages  ! Mais aujourd’hui, nous redécouvrons leurs multiples bienfaits  : goûts inédits, richesse nutritionnelle inégalée, disponibilité aux portes de nos jardins… Et cueillir des plantes sauvages, c’est aussi partager en famille une activité physique extérieure source de détente  et de bien-être.

Laisser un commentaire