Assez méconnu, le chénopode blanc est une plante qui s’invite dans les assiettes ou dans les préparations de certains ménages. Malgré son manque de cholestérol, cette plante renferme beaucoup de valeurs nutritionnelles. Cela explique son utilisation dans de nombreux domaines. Mais quelle est la particularité de cette plante ? Comment le consommer convenablement ?

⛔️Attention ! La cueillette de plantes sauvages comporte des risques. N'utilisez ou ne consommez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% de ses effets. Cela pourrait vous être fatal ... comme dans le film Into the Wild !

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature

🌿 LA FORMATION DU CUEILLEUR


La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

👍 BON PLAN !

Profitez de 5% de réduction avec le code

JARDINAUTES5

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 7200 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Chénopode blanc : de quoi s’agit-il ?

Le chénopode blanc est une plante sauvage qui est largement consommée dans plusieurs pays d’Europe. Il est remarquable par son apparence et par ses caractéristiques. 

Présentation générale

Le chénopode blanc possède différents noms comme l’épinard sauvage, l’ansérine blanche, poule grasse ou encore chou gras. Faisant partie de la famille des amaranthaceae, depuis 1973, il est connu sous le nom scientifique Chenopodium album.

Crédit : Le Chemin de la Nature

Il s’agit d’une plante annuelle avec une hauteur allant de 30 cm jusqu’à 2 mètres. Considéré comme étant une « mauvaise herbe », l’épinard sauvage est pourtant comestible et renferme plusieurs nutriments. On peut la retrouver dans des jardins, dans les friches et dans les décombres, car il s’habitue aisément aux sols retournés. Sa présence en grande quantité dans un jardin indique donc un sol riche en magnésium et en azote. 

Où trouver le chénopode blanc ?

L’ansérine blanche est originaire du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Europe. Aujourd’hui, elle est aussi présente dans plusieurs régions et pays d’Europe. Encore mieux, elle s’invite facilement dans votre jardin surtout sur un sol remué. 

Comment reconnaître le chénopode blanc ? 

Cette plante herbacée se démarque par ses feuilles, ses fruits, ses fleurs set sa plante. Elle possède de petites fleurs dotées de périanthe avec 5 segments. Les longues feuilles du chénopode blanc, de couleur verte ou rougeâtre à maturité, sont pétiolées et lancéolées. Concernant ses fruits, on les reconnaît par son utricule renfermant un péricarpe mince et lisse. Ses graines disposent d’une forme assez circulaire et sont luisantes. Le chénopode blanc possède une plantule à tige avec de feuilles opposées et alternées.

Malgré ses différentes caractéristiques, ce chou gras se confond avec plusieurs plantes, notamment avec d’autres espèces de chénopode. Il est assez similaire à l’ambroisine qui est non comestible due à son huile toxique. Cette plante se confond aussi avec l’arroche étalée, la morelle noire ou Solanum nigrum, la mercuriale ou le Datura stramonium. Pour la différencier, ces dernières ne contiennent pas de poudre blanche au niveau de la face intérieure de ses feuilles. 

Propriétés et bienfaits du chénopode blanc 

Le chénopode blanc referme des valeurs nutritionnelles conséquentes. Ses feuilles sont riches en vitamines, en calcium et en protéine, et contiennent également des sels minéraux et du phosphore. Il se compose aussi de saponines et d’acide oxalique, toxiques en grande quantité.

Cet épinard sauvage renferme des propriétés sédatives et rafraîchissantes. La consommation d’une ansérine blanche peut être pratique si vous souhaitez perdre du poids. Elle s’avère être également pratique pour certaines personnes souffrant de carences. Toutefois, n’hésitez pas à demander l’avis d’un expert. 

Sous quelle forme consommer et utiliser le chénopode blanc ?

Le chénopode blanc se consomme de différentes manières. Ses feuilles peuvent être concoctées comme des épinards ou sous forme de salade. Vous pouvez facilement les cuire à la poêle ou en faire des farces. Il est cependant nécessaire de les blanchir avant la cuisson.

Ses jeunes inflorescences se consomment crues sous forme de beignet. Concernant ses graines, vous pouvez vous en servir en tant que farine ou pour une céréale. Il faut juste attendre qu’elles soient bien matures pour éviter toute toxicité. 

Quelques précautions à prendre avec le chénopode blanc 

Malgré ses vertus, ses propriétés nutritionnelles et ses préparations, certaines précautions s’imposent lors de sa consommation. Renfermant des nitrates, de l’acide oxalique et de saponines, il convient de ne pas consommer le chénopode blanc cru. Sans oublier que sa texture farineuse est désagréable en bouche.

Concernant ses graines cuites, éloignez-les cependant de tout herbicide pour éviter qu’elles ne les concentrent. En outre, n’abusez pas sur la consommation de ces feuilles en cas de problème rénaux ou arthritiques. Il en est de même pour les problèmes hépatiques.

Quant à son usage médicinal, aucune formule médicamenteuse n’a été confirmée jusqu’à présent. Toutefois, au Maghreb, certaines personnes le mélangent avec d’autres plantes pour réaliser quelques soins. L’étude des risques provoqués par son usage médicinal n’existe pas encore. 

Le chénopode blanc est une plante sauvage souvent négligée et considérée comme invasive. Avec ses valeurs nutritionnelles et ses propriétés, il est idéal dans un régime minceur. Cuit ou en salade, il offre plusieurs alternatives de consommation. Il convient néanmoins de faire attention à son mode de préparation pour prévenir toute toxicité.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de plantes sauvages comestibles ⬇️


Plantes comestibles : Cueillette et recettes des 4 saisons

Ce guide pratique à utiliser sur le terrain présente des espèces communes de votre environnement proche. Il explique quand et dans quels milieux les cueillir, comment différencier les comestibles des toxiques, quelles parties utiliser : feuilles, fleurs, fruits... et comment les préparer pour profiter des apports nutritionnels de ces trésors de santé.

Plantes sauvages comestibles et toxiques : Près de 280 espèces décrites

Cet ouvrage réunit 200 plantes comestibles et 80 végétaux toxiques : toutes ces espèces figurent sur les 64 planches en couleurs. Le texte offre une description très précise de chacune, en soulignant les caractéristiques qui permettent l'identification. Il détaille les propriétés nutritives et médicinales, les parties du végétal à utiliser ainsi que la meilleure période de récolte. De nombreux tableaux de comparaison permettent d'éviter les confusions.

Le guide des plantes sauvages et comestibles

Il y a bien longtemps que notre survie ne dépend plus de la cueillette de plantes sauvages  ! Mais aujourd’hui, nous redécouvrons leurs multiples bienfaits  : goûts inédits, richesse nutritionnelle inégalée, disponibilité aux portes de nos jardins… Et cueillir des plantes sauvages, c’est aussi partager en famille une activité physique extérieure source de détente  et de bien-être.

Laisser un commentaire