Comment identifier et traiter le mildiou ?

Comment identifier et traiter le mildiou ?

⏳ Temps de lecture : 3 minutes

Dans cet article consacré au mildiou, nous verrons comment l’identifier, s’en prémunir et le traiter. Dans toutes les régions du monde les plantes sont confrontées à des maladies, que ce soit en agriculture traditionnelle ou en permaculture. L’une de ces maladies tristement populaires que l’on retrouve aussi en France est le mildiou. Qu’est-ce-que c’est ? Comment l’identifier ? Comment le traiter ? C’est à ces questions que répondra cet article. Alors mettez-vous à l’aise, nous allons vous expliquer. 

C’est quoi le mildiou et comment l’identifier ? 

Le mildiou est une maladie cryptogamique causée par un champignon : soit le Phytophthora Infestans, soit le Phytophthora parasitica. Il se développe par temps humide quand la température varie entre 17°C et 25°C.

Le mildiou détruit progressivement les plantes en commençant par les feuilles qui flétrissent jusqu’à l’assèchement complet de la plante, ou le pourrissement complet du fruit. Il est très contagieux. Donc il peut créer une vraie hécatombe dans un potager ou dans une exploitation agricole. 

Il existe généralement deux types de mildiou. Le mildiou terrestre (Phytophthora Infestans) et le mildiou aérien (Phytophthora parasitica). Tous les deux ont des symptômes légèrement différents mais une finalité commune : la destruction de la plante. C’est ainsi que le mildiou touche énormément de plantes dont le raisin, la tomate, la pomme de terre, les épinards, le concombre, le tournesol, etc. La liste reste encore longue. 

Le mildiou se manifeste par des tâches brunes ou une apparence de moisissures blanches et cotonneuses. Quand les feuilles commencent à noircir et que ces tâches noires se répandent, on peut être sûr que c’est le mildiou. 

Comment traiter le mildiou ?

Il existe plusieurs méthodes pour traiter le mildiou. Nous allons les classer en deux grandes catégories. Traiter le mildiou de manière curative ou préventive.

Traiter le mildiou : Méthodes préventives

Dans la conception de notre potager, voici ce qu’on peut faire pour éviter au maximum de voir arriver le mildiou.

Premièrement : Choisir une variété qui supporte le mildiou

Il existe des variétés de plantes qui supportent aisément les maladies causées par l’humidité comme le mildiou, et d’autres maladies encore. Avant de planter notre tomate par exemple, il serait sage de prendre des variétés qui tolèrent ou mieux, qui résistent au mildiou.

Deuxièmement : Aérer l’espace et mettre une toiture au besoin

C’est la méthode préventive la plus répandue et peut-être la plus efficace. Aérer les parcelles de culture va permettre au feuilles de vite sécher après une pluie. Ce qui va éviter l’humidité et donc éviter la création des conditions favorables à la propagation du mildiou. 

Pour la tomate par exemple, on évitera absolument la formation des bouquets touffus et compact qui favorisent l’humidité. On pourra aussi utiliser des toitures spécialement conçues pour les tomates, qui favorisent l’aération des plants de tomate. Le mieux restera d’investir dans une serre.

Traitement curatif du mildiou

Une fois que le mildiou attaque les plantes, les méthodes préventives ne fonctionnent plus. Il faut agir rapidement.

Premièrement : Couper les feuilles touchées

Si un matin vous vous rendez dans votre potager et que vous rencontrez des feuilles qui présentent des signes d’attaque au mildiou, coupez-les immédiatement. Il ne faut pas oublier les feuilles qui sont au sol parce que la maladie pourrait bien les attaquer et se propager de manière un peu plus sournoise, sur les autres plantes

Deuxièmement : pulvériser de la bouillie bordelaise avec modération

On a fait ce qu’on a pu faire, mais le mildiou s’est installé. Il faut s’en débarrasser le plus rapidement possible. Que faire ? Eh bien on peut utiliser de la bouillie bordelaise qui est un mélange d’eau, de chaux et sulfate de cuivre, généralement utilisé en agriculture biologique. Ce mélange est très indiqué pour résoudre le problème à condition, bien sûr, de ne pas en abuser. 

Les gestes qui sauvent

Quand les conditions de température et d’humidité sont remplies pour favoriser le mildiou, il faut adopter quelques gestes qui peuvent nous éviter de voir apparaître le mildiou. Par exemple, il faut arroser au pied en évitant de mouiller le feuillage. On peut aussi éviter de planter dans une zone trop ombragée, ce qui allonge le temps d’évacuation de l’eau sur les fleurs après la pluie. 

Enfin il faut pratiquer la rotation des cultures d’une année sur l’autre, pour que les plants malades des années précédentes ne contaminent pas les futurs plants.

A lire également : La rotation de culture au potager


Formation en jardinage – 40kg de légumes en partant de zéro

La méthode étape-par-étape pour faire son potager à la maison. Sans avoir la main verte. Sans savoir bricoler. Sans y passer tous ses week-ends.

À découvrir

Pourquoi semer des œillets d’inde au potager ?

Pourquoi semer des œillets d’inde au potager ?

Comment savoir quand récolter les pommes de terre ?

Comment savoir quand récolter les pommes de terre ?

Comment arroser les tomates ?

Comment arroser les tomates ?

Le marc de café est-il efficace contre les pucerons ?

Le marc de café est-il efficace contre les pucerons ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous 👍

L’objectif de jardinautes.com est de transmettre les belles valeurs de l’autonomie alimentaire au travers du web.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne visite jardinaute !

Au fait, si tu te demandes d’où vient le nom « jardinaute », c’est tout simplement la contraction entre « jardinier » et « internaute ».

Choisir une catégorie

Conseils pour bien démarrer au potager
Formation du cueilleur le chemin de la nature

Articles récents