Comment préparer son sol en permaculture ?

Comment préparer son sol en permaculture ?

⏳ Temps de lecture : 3 minutes

Traditionnellement chaque année, on a tendance à vouloir retourner son sol pour laisser place aux nouvelles plantations. En permaculture on va essayer au contraire de préparer son sol en le travaillant le moins possible pour ne pas le perturber.

Limiter le travail de sol

La terre est composée de différentes couches qui abritent une multitude d’organismes vivants (vers de terre, champignons, insectes etc.). Cette richesse du sol ne doit pas être bouleversée c’est pourquoi on va éviter de le bêcher.

Par comparaison, les forêts ou prairies ne subissent aucun traitement de labour et pourtant ce sont des zones extrêmement fertiles.

Pour travailler votre sol, il faudra utiliser un outil un peu particulier : la grelinette. C’est un accessoire à dents que tout permaculteur se doit d’acquérir.

Pour l’utiliser, il suffit simplement de planter l’outil dans le sol en appuyant avec son pied, puis de faire levier en tirant le manche vers l’arrière.

Voici ci-dessous un petit cours sur la grelinette.

Pour se procurer une grelinette :

  • En jardinerie locale (toutes n’en ont pas)
  • D’occasion ou en location sur LeBonCoin
  • Sur internet, livrée directement chez vous
  • Vous pouvez également la fabriquer si vous bricolez un peu

Vous pouvez utiliser une fourche simple si vous ne souhaitez pas investir dans une grelinette.

Pailler le sol

Pourquoi pailler le sol ?

Si vous avez lu l’article « qu’est-ce que la permaculture ? », vous avez retenu que couvrir le sol est l’un des principes fondamentaux de cette méthode de culture.

Voici les avantages du paillage végétal :

  • Réduire drastiquement les apports en eau de votre potager, la terre restera humide bien plus longtemps,
  • Limiter le développement des mauvaises herbes,
  • Le développement des insectes et micro-organismes qui sont protégés par le paillage
  • Protéger ses plants du gel
  • Éviter le tassement du sol lorsqu’il pleut notamment
Quelques exemples de paillage

La paille (forcément) : très efficace pour empêcher les mauvaises herbes de proliférer. Cependant elle apporte peu d’éléments nutritifs aux plantes.

Les tontes de pelouse : très riches pour les plantes mais plus difficiles à mettre en place. Il ne faut ni en mettre trop, ni pas assez. Peuventt faire des merveilles dans un mélange avec la paille.

Les feuilles mortes : privilégier des feuilles tendres. Le paillage sera très efficace en protection du sol et apportera de la nourriture aux plants.

Les fougères : les qualités sont similaires à celles de la paille à la différence qu’elles se décomposent beaucoup plus rapidement, il va donc falloir changer régulièrement. Elles sont également un bon répulsif contre les limaces.

Les toiles biodégradables : elles sont souvent fabriquées en fibre de coco ou chanvre mais leur durée de vie est assez courte, pour un coût plutôt élevé.

Nous vous déconseillons d’utiliser des bâches, qui ne participent à la fertilisation des sols. Vous pouvez également proscrire les aiguilles des conifères.

Comment réaliser son paillage ?

Nettoyez bien le sol avant de mettre en place votre paillage. Couvrez ensuite le sol en évitant d’étouffer les plants.

Lorsqu’il pleut beaucoup et que le sol est bien humide, pensez à aérer le pied des cultures pour éviter le pourrissement. En général, l’épaisseur du paillage est de 3 à 10 cm.

A la sortie de l’hiver vous pouvez retirer le paillage de manière à réchauffer le sol. Attendez quelques semaines avant de pailler de nouveau. Enfin, paillez les légumes gourmands en eau et évitez les plants qui n’aiment pas l’humidité.

Nourrir la terre

Pour nourrir les plantes il faut nourrir le sol. Ces dernières vont prélever une grande partie de leur nourriture dans la terre enrichie.

Pour nourrir son sol :

  • Le compost : il est issu de la décomposition des déchets végétaux et ménagers. Si vous n’avez pas encore de compost chez vous, vous pouvez en demander un à votre commune où l’acheter en ligne.
  • Le fumier : il est composé principalement de déjections animales mélangées à de la paille. Vous pouvez le mettre en place en hiver.
  • Les cendres de bois : elles sont très riches en potassium.

Nous vous recommandons de répandre le compost directement en surface et d’appliquer votre paillage par dessus.

En appliquant ces principes, vous allez permettre une meilleure fertilisation de votre terre tout en réduisant l’impact sur les organismes présents dans votre sol.

Dites-nous en commentaires vos meilleures astuces pour bien préparer votre sol en permaculture.


Formation en Permaculture – Invitez la permaculture dans votre jardin

Envie de créer ou de transformer votre lieu grâce à la permaculture ? Ce programme est fait pour vous !

À découvrir

Pourquoi semer des œillets d’inde au potager ?

Pourquoi semer des œillets d’inde au potager ?

Comment savoir quand récolter les pommes de terre ?

Comment savoir quand récolter les pommes de terre ?

Comment arroser les tomates ?

Comment arroser les tomates ?

Le marc de café est-il efficace contre les pucerons ?

Le marc de café est-il efficace contre les pucerons ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous 👍

L’objectif de jardinautes.com est de transmettre les belles valeurs de l’autonomie alimentaire au travers du web.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne visite jardinaute !

Au fait, si tu te demandes d’où vient le nom « jardinaute », c’est tout simplement la contraction entre « jardinier » et « internaute ».

Choisir une catégorie

Conseils pour bien démarrer au potager
Formation du cueilleur le chemin de la nature

Articles récents