La Coulemelle : un champignon délicieux

La Coulemelle : un champignon délicieux

⏳ Temps de lecture : 2 minutes

Au mois d’octobre, c’est la saison des champignons, et ici vous allez en découvrir un très connu et délicieux appelé la coulemelle. Nom scientifique : Macrolepiota procera

Où trouver la coulemelle et à quelle période ?

La coulemelle est un champignon très commun en France que l’on peut trouver en octobre/ novembre et à la fin du printemps principalement.

Il se développe dans les bois, les pâtures, les prés ou encore au bord des routes de campagne.

Comment reconnaître la coulemelle ?

La coulemelle fait partie du groupe des lépiotes (grandes lépiotes). Dans ce groupe, on va avoir un pied qui se détache du chapeau (important). Cela veut dire que les lames sont libres.

Deuxièmement, les lames sont blanches et la sporée va être claire également.

Ensuite, vous avez un anneau. L’anneau est dit double ou complexe. Il est assez épais et coulissant. On peut le faire coulisser, de haut en bas, de bas en haut.

Confusions avec d’autres champignons

Pour savoir si c’est une bonne coulemelle, et pas potentiellement un champignon toxique de ce groupe, la taille va être importante. Ici, on est entre vingt et quarante centimètres. Il existe des petites lépiotes très dangereuses (mortelles).

Et pour savoir si c’est vraiment la coulemelle, parce qu’il existe aussi un champignon qui lui ressemble, en sous-bois, qu’on appelle la lépiote déguenillée, il faut regarder son pied. On dit qu’il est chiné.

Important : pour ne pas confondre avec d’éventuelles amanites toxiques, ou tout simplement pour ne pas confondre avec des amanites, vous allez regarder le pied qui est bulbeux, mais il n’y a pas comme un sac qui l’englobe. Le sac qui l’englobe, ça s’appelle une volve. Et chez les amanites, il y a une volve.

Comment consommer la coulemelle ?

Sur le dessus du chapeau, on dit qu’il y a des mèches. Ce qu’on mange, dans la coulemelle, c’est surtout son chapeau.

Alors à la poêle, c’est délicieux… De façon générale, les champignons, on va plutôt les cuire, c’est mieux, et on ne va pas en abuser. Ça se mange un peu comme un condiment.

Les mycotoxicologues parlent de ne pas dépasser 200g de champignons frais par semaine. Il vaut mieux donc ne pas trop dépasser cette limite.

À nouveau la coulemelle peut se présenter avec un chapeau fermé. À ce stade là elle est parfaitement consommable et on l’appelle « baguette de tambour. »

Coulemelle : idée de recette

Attention la cueillette de champignons comporte des risques. Ne mangez jamais un champignon dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% qu’il soit comestible. Pour cela formez-vous afin de connaître les règles de cueillette et faites appel à un mycologue pour vérifier votre cueillette si vous n’êtes pas sûr(e).

Formation Champignons – Le Chemin de la Nature

Apprenez à identifier, cueillir et cuisiner les champignons comestibles qui se trouvent autour de chez vous

Cet article a été retranscrit à partir de la vidéo du Chemin de la Nature présentée au début de cet article.

À découvrir

A la découverte du champignon oreille de judas

A la découverte du champignon oreille de judas

A la découverte du champignon vesse de loup

A la découverte du champignon vesse de loup

A la découverte du champignon collybie à pied velouté

A la découverte du champignon collybie à pied velouté

A la découverte du champignon pied bleu

A la découverte du champignon pied bleu

Commentaires

Laisser un commentaire

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous 👍

L’objectif de jardinautes.com est de transmettre les belles valeurs de l’autonomie alimentaire au travers du web.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne visite jardinaute !

Au fait, si tu te demandes d’où vient le nom « jardinaute », c’est tout simplement la contraction entre « jardinier » et « internaute ».

Choisir une catégorie

Conseils pour bien démarrer au potager
Formation du cueilleur le chemin de la nature

Articles récents