Vous avez certainement déjà remarqué dans votre jardin ou sur la bordure de la route cette plante assez petite de couleur rose et pourpre. Mais savez-vous ce que c’est exactement ? Il s’agit du lamier pourpre. C’est vrai que ce sont des mauvaises herbes. Mais il possède des vertus médicinales et il est comestible. Découvrez ci-après toutes les informations concernant le lamier pourpre.

⛔️Attention ! La cueillette de plantes sauvages comporte des risques. N'utilisez ou ne consommez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% de ses effets. Cela pourrait vous être fatal ... comme dans le film Into the Wild !

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature

🌿 LA FORMATION DU CUEILLEUR


La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

👍 BON PLAN !

Profitez de 5% de réduction avec le code

JARDINAUTES5

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 7200 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Lamier pourpre : de quoi s’agit-il ?

Dans le champ et le jardin, le lamier pourpre est considéré comme une mauvaise herbe. Or, c’est une plante médicinale qui présente de nombreux bienfaits sur la santé et le bien-être. De quoi s’agit-il exactement ?

Présentation générale

Le lamier pourpre ou l’ortie rouge ou encore la consoude tubéreuse est une variété de plantes appartenant à la famille des lamiacées (labiés, lamiaceae). Il s’agit de la variété type de lamium purpureum. C’est une plante annuelle originaire du continent eurasiatique (en Europe et en Asie). Elle germe en hiver ou en automne. Elle est comestible et a un goût de champignon. Elle est idéale pour la santé parce qu’elle est riche en fer et en d’autres sels minéraux. Elle est aussi aromatique et dégage une odeur poivrée lorsque vous froissez son feuillage.

Où trouver le lamier pourpre ?

Le lamier pourpre peut pousser n’importe où. Mais étant un nitrophile, il se développe en abondance sur les sols au pH basique et riches en éléments nutritifs surtout en azote. Ainsi, vous pouvez les trouver sur les jachères, les parcelles cultivées, les sables et limons des vallées alluviales. Mais comme le lamier pourpre est également une plante rudérale, il est aussi présent dans les abords des habitations, les gravats et les décombres. Ainsi, il est cultivé dans toute la France, en Course, en Asie, en Europe et en Afrique septentrionale.

Comment reconnaître le lamier pourpre ?

Le lamier pourpre est souvent confondu avec d’autres plantes comestibles comme l’ortie et la mauve. Mais il est facilement reconnaissable lors de la floraison. En effet, ses feuilles sont opposées et décussées, sa tige est carrée et ses fleurs sont en gueule de loup.

Il est aussi plus facile à distinguer des autres variétés de lamiers par sa silhouette. En effet, pour le lamier pourpre, les feuilles et les fleurs sont ramassées au sommet de la tige.

Propriétés et bienfaits du lamier pourpre

Le lamier pourpre possède des propriétés thérapeutiques et médicinales. En effet, il a des propriétés diurétiques et vulnéraires, astringentes et dépuratives, purgatives et diaphorétiques ainsi que hémostatiques. Grâce à cela, il présente de nombreux bienfaits sur la santé et le bien-être.

Il s’avère très efficace pour contrôler l’hémorragie. Il favorise également la transpiration et il semble bénéfique pour les reins et les bronches. De plus, il régule le transit intestinal en cas de constipation ou de diarrhée. Le lamier pourpre peut vous aider également à désinfecter et cicatriser les plaies, les coupures, les blessures et les brûlures. En outre, il stimule la digestion et protège les muqueuses.

Sous quelle forme consommer ou utiliser le lamier pourpre ?

Le lamier pourpre peut être utilisé de différentes manières. Vous pouvez l’utiliser sous forme de décoction, de cataplasme ou le prendre sous forme de tisane ou de thé. Mais il est tout à fait possible aussi de le mâcher directement. Cela vous permet de savourer son goût de champignon. En effet, plus vous le mâchez, plus ce goût se révèle. Il est aussi excellent en salade. Il est également possible de préparer divers types de recettes avec du lamier pourpre en beignets ou en omelettes ou encore de pâté végétal au lamier pourpre.

Quelles précautions à prendre avec le lamier pourpre ?

Généralement, il n’y a pas de précautions particulières concernant la consommation et l’utilisation du lamier pourpre. Cependant, sur les feuilles de la plante, il peut y avoir des taches blanches appelées l’oïdium. C’est un champion et il ne faut pas le manger. C’est pour cela qu’il faut consommer la tête, car celle-ci ne présente pas de ces taches blanches.

Ainsi, vous savez maintenant que le lamier pourpre est une plante bénéfique pour la santé et le bien-être. Dans ce cas, ne l’arrachez plus de votre jardin et profitez de ses bienfaits.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de plantes sauvages comestibles ⬇️


Plantes comestibles : Cueillette et recettes des 4 saisons

Ce guide pratique à utiliser sur le terrain présente des espèces communes de votre environnement proche. Il explique quand et dans quels milieux les cueillir, comment différencier les comestibles des toxiques, quelles parties utiliser : feuilles, fleurs, fruits... et comment les préparer pour profiter des apports nutritionnels de ces trésors de santé.

Plantes sauvages comestibles et toxiques : Près de 280 espèces décrites

Cet ouvrage réunit 200 plantes comestibles et 80 végétaux toxiques : toutes ces espèces figurent sur les 64 planches en couleurs. Le texte offre une description très précise de chacune, en soulignant les caractéristiques qui permettent l'identification. Il détaille les propriétés nutritives et médicinales, les parties du végétal à utiliser ainsi que la meilleure période de récolte. De nombreux tableaux de comparaison permettent d'éviter les confusions.

Le guide des plantes sauvages et comestibles

Il y a bien longtemps que notre survie ne dépend plus de la cueillette de plantes sauvages  ! Mais aujourd’hui, nous redécouvrons leurs multiples bienfaits  : goûts inédits, richesse nutritionnelle inégalée, disponibilité aux portes de nos jardins… Et cueillir des plantes sauvages, c’est aussi partager en famille une activité physique extérieure source de détente  et de bien-être.

Laisser un commentaire