Lors de votre promenade, sur votre route, avez-vous déjà rencontré une plante avec une dimension conséquente et des feuilles velues ? Si tel est le cas, sachez que vous avez sans doute rencontré une molène. Souvent détectée sur les bords de route, cette plante est considérée, par bon nombre de personnes, comme étant une mauvaise herbe. Pourtant, elle renferme d’innombrables vertus et s’utilise dans de nombreux domaines. Ci-après quelques renseignements autour de la molène et de ses utilisations.

⛔️Attention ! La cueillette de plantes sauvages comporte des risques. N'utilisez ou ne consommez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% de ses effets. Cela pourrait vous être fatal ... comme dans le film Into the Wild !

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature

🌿 LA FORMATION DU CUEILLEUR


La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

👍 BON PLAN !

Profitez de 5% de réduction avec le code

JARDINAUTES5

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 7200 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Molène : de quoi s’agit-il ?

Du haut de ces 2 mètres, la molène porte souvent confusion avec d’autres plantes. Quelle est la particularité de cette plante et comment la reconnaître parmi tant d’autres ?  

Présentation générale 

La molène fait partie du genre Verbascum, elle est souvent bisannuelle ou vivace. Cette plante se reconnaît sous plusieurs noms comme bouillon-blanc, bonhomme, tabac du diable ou l’herbe de Saint-Fiacre. Il est également possible de la retrouver sous d’autres noms communs. Vous avez, par exemple, le cierge de Notre-Dame, l’oreille de mouton ou de Saint Cloud ou encore la queue de Loup. Appartenant à la famille des Scrofulariacées, elle est connue sous le nom de Verbascum thapsum

Auparavant, la molène se considérait comme une plante magique pouvant protéger contre les malédictions. Puis, depuis l’Antiquité, grâce à ces vertus, elle était sollicitée en phytothérapie. Considérée comme une plante médicinale, tous ses composants étaient exploités dans un but thérapeutique. 

Où trouver la molène ?

Ce végétal provient généralement d’Asie et de l’Europe. Appréciant les terres incultes, les sols rocailleux ou calcaires, ou encore les sols secs, vous pouvez la retrouver n’importe où. Cette plante pousse dans votre jardin, dans les champs ou encore au bord des chemins. 

Comment reconnaître la molène ? 

Il existe différentes espèces de molènes, le bouillon-blanc fait partie de celles les plus connues. Il se reconnaît par sa tige pouvant atteindre les 2 mètres, ses feuilles crénelées et ovales, et ses fleurs jaunes.

La molène renferme plusieurs principes actifs comme les iridoïdes, les harpagosides, l’acide glycyrrhizine ainsi que les glycosides flavoniques. Elle contient également plusieurs nutriments : ses racines sont riches en calcium et en magnésium. En termes de confusion, le bouillon-blanc peut être confondu avec d’autres plantes de la même espèce. 

Propriétés et bienfaits de la molène ? 

Plusieurs études ont mis en avant les propriétés médicinales du bouillon-blanc. Ces composants lui offrent des vertus curatives et des propriétés anti-inflammatoires :

  • Pour ses propriétés médicinales, ses feuilles servent de compresses en cas de cicatrisation ou d’inflammation ;
  • Utilisée en inhalation, elle soulage les poumons malades, qu’ils soient enflammés ou encore infectés. Elle est reconnue comme étant un bon tonus pour le système respiratoire ;
  • Ses feuilles restent efficaces pour soigner un système musculo-squelettique blessé ou pour certains problèmes d’articulations ;
  • Cette plante semble agir positivement en cas de problèmes d’incontinence. 

En utilisation interne, elle a des propriétés émollientes, antitussives et expectorantes. La molène est donc idéale pour réduire les spasmes, apaiser les toux sèches et prévenir les mucosités. En utilisation externe, elle est apaisante et cicatrisante, et contribue à l’apaisement de certaines démangeaisons. 

Sous quelle forme consommer ou utiliser la molène ?

Il existe plusieurs formes de préparation de la molène afin de profiter de ses bienfaits et de ses propriétés thérapeutiques. Afin d’exploiter ses vertus, il est possible de l’utiliser :

  • En infusion, en inhalation et en décoction ;
  • En vinaigre médicinal – Lors de sa préparation, cette solution peut être associée à plusieurs autres plantes pour plus d’effets ;
  • En sirop, idéal pour les enfants ;
  • En cataplasme, via l’utilisation de feuilles sèches bouillies avec de soigner des hémorroïdes ou des engelures ;
  • Sous forme de gélules consommables pendant les repas. 

Les fleurs de la molène peuvent être transformées en huile végétale. En usage externe, celle-ci encourage la réduction des douleurs, des spasmes et des inflammations des nerfs.

Quelques précautions à prendre avec la molène 

La molène est généralement une plante douce, qui peut être exploitée par tout le monde. Elle peut être utilisée pour soigner des jeunes enfants, des femmes enceintes ou des personnes âgées. Toutefois, pour un bon usage, il existe quelques contre-indications pour sa consommation. Celle-ci ne peut pas se faire simultanément avec d’autres médicaments pour fluidifier le sang ou avant une opération médicale. En outre, il est essentiel de bien la filtrer, pour un usage en décoction ou en infusion. Il faut faire attention à son utilisation chez un enfant de moins de 12 ans. 

La molène est une plante souvent bisannuelle généralement retrouvée sur les bords de routes ou sur les sols rocailleux. Elle contient plusieurs principes actifs qui lui offrent des vertus curatives. Proposant de nombreux modes de consommation, elle est idéale chez bon nombre de personnes à condition de prendre quelques précautions.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de plantes sauvages comestibles ⬇️


Plantes comestibles : Cueillette et recettes des 4 saisons

Ce guide pratique à utiliser sur le terrain présente des espèces communes de votre environnement proche. Il explique quand et dans quels milieux les cueillir, comment différencier les comestibles des toxiques, quelles parties utiliser : feuilles, fleurs, fruits... et comment les préparer pour profiter des apports nutritionnels de ces trésors de santé.

Plantes sauvages comestibles et toxiques : Près de 280 espèces décrites

Cet ouvrage réunit 200 plantes comestibles et 80 végétaux toxiques : toutes ces espèces figurent sur les 64 planches en couleurs. Le texte offre une description très précise de chacune, en soulignant les caractéristiques qui permettent l'identification. Il détaille les propriétés nutritives et médicinales, les parties du végétal à utiliser ainsi que la meilleure période de récolte. De nombreux tableaux de comparaison permettent d'éviter les confusions.

Le guide des plantes sauvages et comestibles

Il y a bien longtemps que notre survie ne dépend plus de la cueillette de plantes sauvages  ! Mais aujourd’hui, nous redécouvrons leurs multiples bienfaits  : goûts inédits, richesse nutritionnelle inégalée, disponibilité aux portes de nos jardins… Et cueillir des plantes sauvages, c’est aussi partager en famille une activité physique extérieure source de détente  et de bien-être.

Laisser un commentaire