La nature regorge de plantes médicinales que beaucoup de personnes ignorent encore. Mais parmi les plus connues d’entre-elles, vous avez la primevère officinale. Il s’agit d’une plante sauvage médicinale qui regorge de vertus. De plus, elle est entièrement comestible. Ci-après toutes les informations à retenir pour profiter des bienfaits de la primevère officinale et ne pas se tromper dans sa cueillette.

⛔️Attention ! La cueillette de plantes sauvages comporte des risques. N'utilisez ou ne consommez jamais une plante dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% de ses effets. Cela pourrait vous être fatal ... comme dans le film Into the Wild !

FORMEZ-VOUS afin de connaître les règles de cueillette, avec Le Chemin de la Nature

🌿 LA FORMATION DU CUEILLEUR


La formation en ligne complète pour cueillir, se nourrir, se soigner par les plantes et faire ses remèdes.

👍 BON PLAN !

Profitez de 5% de réduction avec le code

JARDINAUTES5

  • Garantie Satisfait ou remboursé à 100%

  • Plus de 7200 apprenants déjà inscrits

  • 100 % des élèves recommandent

Primevère officinale : de quoi s’agit-il ?

La primevère officinale, de son nom latin Primula veris ou Primula officinalis est une plante à fleurs herbacée. Elle est de la famille des Primulacées et est communément appelée « Coucou ». Il s’agit en fait d’une herbe longtemps connue pour ses vertus médicinales.

Présentation générale 

Pour la petite histoire, on retrouve des mentions écrites concernant la primevère officinale qui datent du XVIème siècle. Cette plante est originaire d’Europe et d’Asie, et est largement répandue jusqu’à 2000 m d’altitude. Mais au-delà de ses propriétés médicinales, la primevère officinale dispose aussi de propriétés condimentaires aromatiques. D’ailleurs, elle est entièrement comestible. Ses  feuilles et ses fleurs s’utilisent dans diverses préparations culinaires. 

Où trouver la primevère officinale ? 

Comme la primevère officinale est avant tout une plante sauvage, elle pousse un peu partout. Vous pouvez en trouver dans les prés, en bord de routes et des chemins, dans les pâturages et les clairières, ou encore dans les bois clairs et ensoleillés. 

Comment reconnaître la primevère officinale ? 

La primevère officinale se reconnaît par ses petites fleurs jaune d’or tachetées d’oranges qui forment un petit bouquet. Ce dernier est pendant sur un seul côté de la plante. Côté hauteur, la primevère officinale peut atteindre les 30 cm de haut.  Elle a un calice doté de dents obtus éloigné des pétales.

La plante possède aussi une rosette basale composée de feuilles de 5 à 15 cm de long, pour une largeur de 4 cm. Elle est aussi dotée d’un rhizome court sur lequel apparaît annuellement un bourgeon. Ce dernier donne une nouvelle rosette qui se ramifie au fil du temps pour former une touffe.

Il est possible de confondre la primevère officinale à la primevère élevée (Primula elatior). Toutefois, les pétales des fleurs de ce dernier n’ont pas de taches orange, et son calice est à dents aigües et se resserre vers les pétales. 

Propriétés et bienfaits de la primevère officinale ?

Les vertus médicinales de la primevère officinale concernent surtout la sphère ORL. Cette plante sauvage est une puissante expectorante grâce à la concentration de saponines triterpéniques dans ses racines. 

A part cela, les fleurs de la primevère officinale sont antispasmodiques et anti-inflammatoires. Elles sont conseillées en cas d’asthme, d’allergies, de coqueluche, de pneumonie ou de grippe. De plus, cette plante a une action fébrifuge. Ce qui signifie qu’elle aide à faire baisser la fièvre. 

Les racines de la primevère officinale possèdent aussi une action diurétique. Elles agissent aussi contre la goutte et les rhumatismes. Pour ce qui est de ses fleurs, elles sont légèrement sédatives. 

Sous quelle forme consommer ou utiliser la primevère officinale ?

Consommer la primevère officinale 

Tout dans la primevère officinale est comestible. Ses racines, avec leur goût anisé, peuvent être utilisées comme épices. Les jeunes feuilles peuvent être préparées en salades ou en soupe. Et enfin, les fleurs sont parfaites pour une infusion, pour décorer les plats ou pour macérer les vins. 

Mode d’emploi et posologie de la primevère officinale 

Pour préparer une infusion de fleurs ou de feuilles de primevère, ne dépassez pas les 2 cuillères à café de matière par tasse. Puis laissez infuser 10 mn. En ce qui concerne la décoction de racine de primevère officinale, il est recommandé de faire bouillir 2 cuillères à café par tasse d’eau pendant 2 mn. 

Quelques précautions à prendre avec la primevère officinale 

Même si toutes les parties de la primevère officinale peuvent être consommées, ce n’est pas tout le monde qui peut profiter de ses bienfaits. En fait, sa consommation est déconseillée chez les femmes enceintes. De même pour les personnes allergiques à l’aspirine et les personnes qui suivent un traitement anticoagulant. Enfin, sachez que le dosage excessif peut être source de diarrhées et de vomissements. 

Vous l’aurez compris, la primevère officinale est une plante aux mille vertus faciles d’accès. Néanmoins, il faut être sûr de la reconnaître à 100 % avant de la cueillir. De plus, il faut faire très attention au dosage pour mieux profiter de ses bienfaits.

Les 3 meilleurs livres pour aller à la cueillette de plantes sauvages comestibles ⬇️


Plantes comestibles : Cueillette et recettes des 4 saisons

Ce guide pratique à utiliser sur le terrain présente des espèces communes de votre environnement proche. Il explique quand et dans quels milieux les cueillir, comment différencier les comestibles des toxiques, quelles parties utiliser : feuilles, fleurs, fruits... et comment les préparer pour profiter des apports nutritionnels de ces trésors de santé.

Plantes sauvages comestibles et toxiques : Près de 280 espèces décrites

Cet ouvrage réunit 200 plantes comestibles et 80 végétaux toxiques : toutes ces espèces figurent sur les 64 planches en couleurs. Le texte offre une description très précise de chacune, en soulignant les caractéristiques qui permettent l'identification. Il détaille les propriétés nutritives et médicinales, les parties du végétal à utiliser ainsi que la meilleure période de récolte. De nombreux tableaux de comparaison permettent d'éviter les confusions.

Le guide des plantes sauvages et comestibles

Il y a bien longtemps que notre survie ne dépend plus de la cueillette de plantes sauvages  ! Mais aujourd’hui, nous redécouvrons leurs multiples bienfaits  : goûts inédits, richesse nutritionnelle inégalée, disponibilité aux portes de nos jardins… Et cueillir des plantes sauvages, c’est aussi partager en famille une activité physique extérieure source de détente  et de bien-être.

Laisser un commentaire