A la découverte du bolet bai

A la découverte du bolet bai

⏳ Temps de lecture : 3 minutes

Le bolet bai, vous l’avez vu une fois ou deux ? Toutefois, cette petite expérience ne vous suffit pas pour pouvoir en cueillir vous-même en forêt ? Vous avez raison de ne pas vous lancer. En effet, si vous n’êtes pas entièrement sûr de pouvoir l’identifier, il vaut mieux ne pas tenter l’expérience. Mais pas de panique, vous trouverez ci-après tout ce qu’il y a à savoir sur le bolet bai. Vous saurez ainsi comment le reconnaître, où le cueillir et comment le préparer. C’est parti !

Comment reconnaître le bolet bai ?

Le bolet bai est également connu sous le nom de « xerocomus badius ». Ce champignon appartient à la famille des bolétacées. Il se démarque par un chapeau charnu de couleur beige foncé ou marron. Le chapeau du bolet bai mesure environ 4 à 15 cm.

Lorsqu’il est encore jeune, il a une forme convexe. Cependant, il s’aplatit au fil du temps. Par temps humide, son revêtement velouté peut devenir visqueux.

En ce qui concerne son pied, il est plus fin par rapport aux autres familles de bolets. Sa hauteur est généralement entre 4 et 12,5 cm. Pour ce qui est de sa couleur, le pied du bolet bai est brun-orangé avec un peu de marbrure. Il est toujours plus pâle que son chapeau.

Enfin, sachez qu’il s’agit d’un champignon bleuissant. De ce fait, sa couleur vire au bleu lorsque vous appuyez dessus ou lorsque vous le coupez. Ce phénomène est dû à l’oxydation.

Où et quand le cueillir ?

Vous pouvez trouver le bolet bai un peu partout dans les sous-bois. Il affectionne particulièrement les sols acides et non-calcaires, les résineux et les feuillus. Vous les trouverez ainsi au pied des chênes, des châtaigniers, et des hêtres. Par ailleurs, le bolet bai préfère surtout les bois âgés dans les forêts de conifères.

Retenez toutefois, qu’il peut également se retrouver en montagne (jusqu’à 2 000 m). Il pousse généralement seul ou en groupe de 3 individus tout au plus. Vous pouvez le cueillir à partir de la fin août jusqu’à la mi-novembre.

Est-il comestible ?

Le bolet bai est un champignon tout à fait comestible. Cependant, vous devez le consommer cuit. D’ailleurs, si sa couleur bleue vous rebute, rassurez-vous, elle disparaît à la cuisson. Son goût rappelle un peu celui de la noisette.

Côté nutriments et composition, il s’agit aussi d’un champignon excellent pour la santé. En effet, il est riche en vitamines D et est une très bonne source de fibres et de protéines. De plus, il s’agit d’un aliment très peu calorique.

Beaucoup d’amateurs de champignons l’apprécient d’ailleurs pour ses propriétés antivirales ainsi que pour ses actions qui favorisent la digestion. Il est également riche en zinc, en fer, en sélénium et en cuivre.

Cependant, le bolet bai peut facilement accumuler les radioéléments. De ce fait, évitez de le cueillir près de sites pollués au risque de vous intoxiquer.

Peut-on le confondre le bolet bai avec d’autres champignons ?

Il est très facile de confondre le bolet bai avec le bolet à pied rouge. Mais en faisant attention, vous pourrez facilement reconnaître ce dernier. En fait, il est doté de tubes rouge-orangé sous le chapeau.

Sa chair est, par ailleurs, d’une couleur jaune vif et son pied de couleur jaune est marqué par des points rouges.  Mais pas d’inquiétude si vous confondez le bolet bai avec celui-ci, il s’agit aussi d’un champignon comestible.

Par contre, faites attention à ne pas confondre le bolet bai avec le bolet Satan. Ce dernier est, en effet, toxique. Il se démarque par un réseau de couleur jaune-rouge sur le pied, un chapeau de couleur pouvant varier du blanc au gris, et une chair qui bleuit. Par ailleurs, son odeur rappel celui de la viande avariée.

Comment le cuisiner ?

Cuisiné tel quel ou en accompagnement, le bolet bai nécessite une préparation particulière. Pour ce faire, vous devez bien les nettoyer (sans les passer sous l’eau). Ensuite, faites-les revenir à feu vif sans les couper avec un peu de beurre ou d’huile.

Une fois que vos champignons ont légèrement dorés, retirez-les du feu et coupez-les. Par la suite, vous pouvez les cuire avec les assaisonnements qui vous conviennent (persillade, poivre, sel, ail…) ou les incorporer à une préparation (tagliatelle, gratin, volaille…).


Attention la cueillette de champignons comporte des risques. Ne mangez jamais un champignon dont vous n’êtes pas sûr(e) à 100% qu’il soit comestible. Pour cela formez-vous afin de connaître les règles de cueillette et faites appel à un mycologue pour vérifier votre cueillette si vous n’êtes pas sûr(e).

Formation Champignons – Le Chemin de la Nature

Apprenez à identifier, cueillir et cuisiner les champignons comestibles qui se trouvent autour de chez vous

À découvrir

A la découverte du champignon oreille de judas

A la découverte du champignon oreille de judas

A la découverte du champignon vesse de loup

A la découverte du champignon vesse de loup

A la découverte du champignon collybie à pied velouté

A la découverte du champignon collybie à pied velouté

A la découverte du champignon pied bleu

A la découverte du champignon pied bleu

Commentaires

Laisser un commentaire

Photo Le Petit Jardinier

 

 

 

 

Cher jardinaute, bienvenue !

Je suis Dimitri (créateur de ce site), j’ai 33 ans, et en 2018 j’ai décidé de quitter la ville (Paris) pour m’installer à la campagne.

À la base, le site jardinautes était un laboratoire personnel que j’avais créé pour m’aider dans mon apprentissage de la nature.

Quelques années plus tard, je me rend compte que de plus en plus de personnes viennent chercher ici des réponses à leurs questions sur le potager, les plantes sauvages, les champignons etc.

J’ai donc décidé d’en faire un laboratoire partagé avec vous 👍

L’objectif de jardinautes.com est de transmettre les belles valeurs de l’autonomie alimentaire au travers du web.

Ce site est collaboratif, si tu souhaites participer à son développement (en écrivant des billets de blog sur des sujets qui t’intéressent) tu peux envoyer un mail juste ici.

Bonne visite jardinaute !

Au fait, si tu te demandes d’où vient le nom « jardinaute », c’est tout simplement la contraction entre « jardinier » et « internaute ».

Choisir une catégorie

Conseils pour bien démarrer au potager
Formation du cueilleur le chemin de la nature

Articles récents